Devenir membre
Accueil > Actualités > Actualité détail
News
Activités Afite
Communiqués de presse
Agenda
Nominations


L'AFITE est membre de


Ils soutiennent l'AFITE

L'Agence européenne pour l'environ­nement alerte sur l'augmen­tation rapide des risques climatiques

L'Europe est le continent qui se réchauffe le plus rapidement et les risques climatiques menacent sa sécurité énergé­tique et alimentaire, ses écosystèmes, ses infrastructures, ses ressources en eau, sa stabilité financière et la santé de ses habitants. Selon l'évaluation de l'Agence européenne pour l'environ­nement, bon nombre de ces risques ont déjà atteint des niveaux critiques et pourraient devenir catas­trophiques sans une action urgente et décisive.

L'Agence européenne pour l'environ­nement (AEE) a publié le 11 mars 2024 le tout premier rapport European Climate Risk Assessment (EUCRA) (Evaluation européenne des risques climatiques) visant à soutenir l'identification des priorités politiques liées à l'adaptation au changement climatique et aux secteurs sensibles au climat.

D'après cette évaluation, les politiques et les mesures d'adaptation en Europe ne sont pas assez réactives face à l'accroissement rapide des risques. Dans de nombreux cas, une adaptation progressive ne sera pas suffisante et compte tenu du fait que de nombreuses mesures visant à améliorer la résilience climatique requièrent un investissement considérable en temps, une action urgente pourrait s'avérer nécessaire, même pour des risques qui ne sont pas encore critiques.

Certaines régions d'Europe sont des points sensibles pour divers risques climatiques. Le sud de l'Europe est particulièrement exposé aux incendies de forêt et aux effets de la chaleur et de la pénurie d'eau sur la production agricole, le travail en extérieur et la santé humaine. Les inondations, l'érosion et l'intrusion d'eau salée menacent les régions côtières à faible altitude de l'Europe, y compris de nombreuses villes densément peuplées.

De nombreux risques climatiques en Europe requièrent une action urgente et immédiate

L'évaluation identifie 36 risques climatiques majeurs pour l'Europe dans cinq grands domaines: les écosystèmes, l'alimentation, la santé, l'infrastructure, l'économie et la finance. Plus de la moitié des risques climatiques majeurs recensés dans le rapport exigent une action intensifiée et immédiate et huit d'entre eux sont particulièrement urgents, principalement pour préserver les écosystèmes, protéger les personnes de la chaleur, protéger les personnes et les infrastructures des inondations et des incendies et garantir la viabilité des mécanismes de solidarité européens, tels que le Fonds de solidarité de l'UE.

Écosystèmes: Presque tous les risques liés aux écosystèmes nécessitent une action urgente ou plus intense, les risques pour les écosystèmes marins et côtiers étant considérés comme particulièrement sévères. Le rapport de l'AEE rappelle que les écosystèmes fournissent de nombreux services aux populations et que, par conséquent, il est fort probable que ces risques aient des répercussions sur d'autres domaines, comme l'alimentation, la santé, les infrastructures et l'économie.

Alimentation: Les risques liés à la chaleur et à la sécheresse qui pèsent sur la production végétale ont déjà atteint un niveau critique dans le sud de l'Europe, mais les pays d'Europe centrale sont eux aussi menacés. Plus précisément, les sécheresses prolongées qui touchent de vastes zones constituent une menace importante pour la production végétale, la sécurité alimentaire, et l'approvisionnement en eau potable. Une solution consisterait à adopter une transition, même partielle, des protéines d'origine animale vers des protéines d'origine végétale cultivées de manière durable. Cela réduirait la consommation d'eau dans l'agriculture et la dépendance envers les importations d'aliments pour animaux.

Santé: La chaleur est le facteur de risque climatique le plus grave et le plus urgent pour la santé humaine. Les groupes de population les plus à risque sont les personnes travaillant en extérieur qui sont exposées à une chaleur extrême, les personnes âgées et les personnes vivant dans des logements mal conçus, dans des zones à fort effet d'îlot thermique urbain ou avec un accès inadéquat à un dispositif de refroidissement. De nombreux moyens permettant de réduire les risques climatiques pour la santé sortent du cadre des politiques de santé traditionnelles, avec notamment l'urbanisme, les normes de construction et le droit du travail.

Infrastructures: Les phénomènes météorologiques plus fréquents et extrêmes augmentent les risques pour l'environnement bâti et les services essentiels en Europe, y compris l'énergie, l'eau et les transports. Si les risques d'inondations côtières ont été relativement bien gérés en Europe, l'élévation du niveau de la mer et les variations dans les tempêtes peuvent avoir des effets dévastateurs sur les personnes, les infrastructures et les activités économiques. Dans le sud de l'Europe, la chaleur et la sécheresse font peser des risques importants sur la production, la transmission et la demande d'énergie. Les immeubles d'habitation doivent également être adaptés à la chaleur croissante.

Économie et finances: L'économie et le système financier européens font face à de nombreux risques liés au climat. Par exemple, les phénomènes climatiques extrêmes peuvent augmenter les primes d'assurance, menacer les actifs et les prêts hypothécaires ainsi qu'accroître les dépenses publiques et le coût des crédits. La viabilité du Fonds de solidarité de l'UE se trouve déjà gravement menacée à la suite des inondations et incendies coûteux survenus ces dernières années. L'aggravation des effets climatiques peut également creuser les écarts entre les assurances privées et rendre les ménages à faibles revenus plus vulnérables.

 

Une coopération plus étroite est essentielle

L'UE et ses États membres ont accompli des progrès considérables dans la compréhension des risques climatiques auxquels ils sont confrontés et dans la préparation à ces risques. Les évaluations nationales des risques climatiques sont de plus en plus utilisées pour éclairer l'élaboration de politiques d'adaptation. Toutefois, la préparation sociétale est insuffisante, car la mise en œuvre des politiques ne suit pas l'augmentation rapide des niveaux de risque.

La plupart des risques climatiques majeurs identifiés dans le rapport sont considérés comme «partagés» par l'UE, ses États membres ou d'autres niveaux gouvernementaux. Pour faire face aux risques climatiques en Europe et les réduire, l'évaluation de l'AEE souligne que l'UE et ses États membres doivent travailler ensemble et impliquer également les niveaux régionaux et locaux lorsqu'une action urgente et coordonnée est nécessaire.

Les principaux risques climatiques identifiés dans le rapport de l'AEE présentent encore de nombreuses lacunes en terme de connaissances. Le rapport indique que l'UE peut jouer un rôle clé dans l'amélioration de la connaissance des risques climatiques et de leur prise en charge, ainsi que dans la manière d'y remédier par le biais de législations, de structures de gouvernance, de suivi, de financement et d'assistance technique adéquats. Ces nouvelles connaissances constitueraient également une contribution essentielle au suivi de l'évaluation européenne des risques climatiques.

 


Publié le 19/03/2024




Nous suivre
Agenda
<< Mai 2024 >>
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Parutions
Mobiliser les acteurs de l’emploi et du travail (...)
Quel avenir pour le Pacte vert pour l'Europe et ses citoyens ?
Global Critical Minerals Outlook 2024
Géopolitique du Grand Paris
Nominations
SPIE France
JOUVE Ingrid
MTECT - CGDD
COANTIC Amélie
INERIS
GAY Didier
Chimirec
TERRIBLE Clotilde